AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 Ça ne devrait pas être le contraire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Touch

► Messages : 55
► Etudes/Emploi : Choriste
► Personnage sur l'avatar : unique de Zerochan!

MessageSujet: Ça ne devrait pas être le contraire ?   Mer 4 Avr - 18:59

J'étais bien tranquille à la pension que j'avais intégré depuis quelques jours à peine quand je me rendis compte que, j'allais avoir de la difficulté a payé le prochain mois si je restais assis sur mes fesses! En effet, j'avais des jobs irrégulières et ici, en Écosse, je n'avais pas de nom, de référence où aller pour en avoir, du boulot! J'avais donc attrapé un journal à l'entrée de la pension et fait imprimer quelques curriculum vitae et était partie vers l'arrêt de bus. Je m'étais assis, attendant, pieds sur le mur transparent de l'abri. Sortant une main de mon bermuda, je parcourus le journal avant de me rendre dans la section offres d'emplois. Je ne voulais pas quelques choses à pleins temps car je voulais continuer à chercher des travails dans le déboucher dans la musique. J'avais vu une annonce d'un café maid. Un emploi dans le public avec des gens qui s'intéresse à pleins de sujet, l'endroit idéal! J'avais donc refermé le journal après avoir vue où se trouvait le café en question. C'était bien car, il était à 20 minutes à pied et 5 minutes de marche. Je déposais donc mon journal sur le banc et décidais d'y aller à pied pour bouger un peu quand je me souviens de mon sens de l'orientation plus que nul. Je me rassis donc sur le banc et regarda l'heure sur mon portable. Encore 10 minutes et la bus serait enfin là! Je me dis qu'en attendant, je pourrais regarder les autres offres… Je n'y trouvais pas grands choix malheureusement. Puis le bus arriva finalement. Je demandais au conducteur c'était à quel arrêt pour me rendre à ce café et l'homme me dit qu'il m'avertirait. Je le remerciais et allais m'assoir non loin de la sortie. Ce ne fut pas long, le chauffeur me héla avec un petit surnom que me fit froncer les sourcils d'amusement.

- Hey little lost boy, it's here!

Je sortie en le remerciant amuser. Little lost boy…. Chez moi on me disait me surnommait " le Perdu" D'ailleurs. Je descendis du bus et les deux pieds sur le trottoir et les mains dans poches, je regardais un peu partout. Bon, si j'avais bien vue, c'était tout droit puis l'intersection suivante! Bah… Il devait être connu ce café! Je replaçais mon sac en bandoulière contenant mes C.V. et tâta mon portefeuilles, il était toujours dans ma poche, parfait! Je me décidais donc à traverser, esquivant une voiture, puis une autre. Ah, je vois, la main, ce n'est pas pour dire d'y aller…. En Italie les voitures sont plutôt rares dans les rues. J'arrivais finalement de l'autre côté de la rue et me replaçait mes cheveux qui volait dans tous les sens. C'était fou depuis que je me les avait coupés, ils étaient rendues encore plus volatiles! Je fixais ensuite le soleil bien chaud et me dis que ce n'était pas aussi chaud que chez moi mais au moins, il ne fessait pas froid! Du coup, j'avais pu remettre mes tee-shirts que j'avais avant! Ma mère avait été tellement triste le jour où j'ai tout jetés ces vêtements de femme était partie dans une boutique d'homme refaire ma garde-robe. Puis alors que je plissais les yeux, je vue non loin de là une affiche, cette que je cherchais. C'était l'écriteau du café de maids! En souriant, je me dirigeais donc vers l'endroit désiré en fessant attention cette fois-ci en traversant, pour ne pas me faire klaxonner. Arriver devant la boutique, je poussais la porte et des petites clochettes annoncèrent mon arriver et plusieurs femmes en habits de domestique me saluèrent. Je sourie et me dirigea au comptoir, une envie de glace au chocolat me prit soudainement. Je m'assis donc à un banc et parla avec la dame qui semblait être la gérante et lui sourit en lui donnant mon offre d'emploi, elle le prit et me demanda ensuite si elle pouvait faire autre choses pour moi. Je me décidais donc à dire tout contant ma commande.

- Une coupe glacée au chocolat merci!

S'il y avait bien une chose que j'aimais et qui était froide c'était les crèmes glacées! En Italie, les gelato sont une de nos renommés, mais j'aime bien découvrir ceux des autres endroits, comparés, savouré! Elle me demanda alors un instant et elle demanda à une autre femme de me servir. Elle semblait plutôt grande pour une femme… Mais je pouvais bien parler moi! J'étais immense pour une femme mais d'une grandeur normal pour un homme. Regardant les longs cheveux rouges de la fille, je la regardais désireuse, jalouse! Mais je devais surtout avoir un air de la draguée! Celle-ci me donna ensuite la coupe glacée avec un grand sourire. Je plongeais alors ma main pour prendre la cuillère, savourant. J'aimais bien ce petit gout bien différent de chez moi! Je souriais donc à la jeune fille en prenant une nouvelle cuillère quand, je l'échappais sur mon chandail. Je rigolais un peu en prenant la cuillère et la déposant sur la table. J'allais prendre la petite serviette devant moi pour essuyer la vilaine tâche sur mon torse quand la jeune muette aux cheveux rouge arriva à mes côtés et dit d'une voix beaucoup trop grave pour être celle d'une femme une phrase qui me fit faire un mouvement déplacer. Alors qu'elle portait sa main vers mon torse, mes seins imaginaires.

- Laissez-moi faire.

Je ne la, le laissa cependant pas faire! Les yeux biens grands ouverts, ma main était venue s'écraser sur sa joue. J'avais bien sentie des repousses de poils, de barbe quoi! C'était un homme merde! J'avais alors resté les yeux grands ouverts dans les siens l'air d'être paralysé. Seule la gérante avait vu la scène et commença à engueuler peu de temps après la fausse jeune fille qui avait encore le regard planté dans le miens.

• • • • • • • • •

Est-ce que je me travesti quand je suis habillé en homme parce que je suis une fille ou est-ce que je me travesti quand je m'habille en fille car j'ai l'air d'un homme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hearing

► Messages : 33
► Etudes/Emploi : Maid
► Personnage sur l'avatar : C'est une très bonne question.

MessageSujet: Re: Ça ne devrait pas être le contraire ?   Sam 7 Avr - 20:36

Comme chaque matin depuis qu'il a décroché le boulot de Maid dans un café près de la pension Ziegler, Gauthier a mis son réveil pour qu'il sonne à 8 h. Heure d'embauche raisonnable pour quelqu'un qui a un train de vie normal mais beaucoup moins pour lui, qui n'a pas la chance de pouvoir se coucher tôt. Son deuxième travail, si l'on peut l'appeler ainsi a des horraires beaucoup moins clémentes. C'est en effet, seulement le soir qu'il peut se permettre de voler de gros lots. La journée, c'est beaucoup trop risqué. Il y a trop de témoins pour agir discrètement. C'est donc avec une sacrée migraine et des yeux mi-clos en forme de têtes d'épingles qu'il s'est levé de son lit ce jour-là. Il a fait ses draps rapidement puis s'est préparé dans la foulée. Son sac, il l'avait fait la veille. Il risque moins d'oublier des éléments de sa tenue de cette façon là. Oui car compte tenu du moyen de transport qu'il utilise pour se déplacer, soit : une moto, il faut avouer qu'un 31, ce n'est pas ce qu'il y a de mieux. C'est gênant pour la conduite. Le costard et la cravate attendaient donc d'être emporté tranquillement sur son dos, dans un sac. Le prenant, il vérifia que dans ses poches, tout se trouvait avant de partir de chez lui. Descendant les marches sous un beau soleil et une température agréable, il dévala les rues et monta sur sa bécane lorsqu'il mit la main dessus. Allumant ensuite le moteur, il se dégagea de sa place et mis plein gaz vers le centre de la ville, habillé de noir de la tête aux pieds pour ne rien changer.
Quelques minutes plus tard, il posa enfin le bout de ses bottes contre le carrelage de l'enceinte. Sa patronne l'accueilla avec un grand sourire, prenant gentiment son casque pour aller le ranger dans les vestiaires. Son sourire était un poil trop grand que d'hab, laissant Gauthier sur le qui-vive. Ses doutes se confirmèrent quand elle commença à lui demander si tout allait bien, si il avait fait un bon trajet tout en lui tapotant l'épaule. C'était sa chef et pourtant, elle avait toujours un mal fou à lui donner des ordres. Il est vrai que les siens sont plus des faveurs qu'autres choses mais en tant que supérieur, Goth a toujours pensé qu'elle devait prendre plus de confiance en elle et se lancer directement. Peut-être est-ce aussi à cause du fait qu'il n'aime pas tourner autour du pot mais peu importe au final la raison. Ce qui importe, c'est le resultat. Pour l'aider à cracher le morceau, il la stoppa dans ses calculs lamentables de manipulation.

- Excusez-moi si je fais erreur mais j'ai l'impression que vous avez peur de me dire quelque chose. Qu'est ce donc ?

Pas loupé, elle écarquilla les yeux et se mit à rire nerveusement. S'excusant d'avoir tourner aussi longtemps autour du pot tout en étant une piètre comédienne, elle lui fit un doux regard avant de lui sommer de se déguiser en fille. Alala... Il savait qu'il n'aurait jamais dû accepter la première fois. Maintenant, ça devenait presque un service quotidien qu'il lui donnait. Soupirant doucement, il prit le temps de reflechir avant d'accepter la requête. Il faisait beau et bon alors pourquoi pas aérer ses cuisses. Par contre, elle avait intérêt à lui donner une prime digne de ce nom !
Partant rejoindre les vestiaires, il se changea, passant du noir au blanc et rouge en un éclair. Le plus dur pour lui, c'était de se voir dans le miroir, vêtu, coiffé et bien sur : maquillé. Il se trouvait ridicule dans cette robe blanche et rouge, avec sa queue de cheval et son rouge à levre pétant. Il ressemblait, selon lui, à une actrice porno qui cache bien son jeu. Trêve de réflexion, il ne passa pas plus de temps à se critiquer et fit chemin retour pour atterrir dans la salle principale et servir son premier client. Il était assied sur le comptoir, les coudes sur ce dernier en train de papoter d'on ne sait quoi avec la dirigeante qui donna à faire à notre personnage. Confectionnant la fameuse glace au chocolat demandée illico presto, il fit une petite décoration et l'apporta au garçon qui l'avait commandé. Celui semblait en tous points le draguer mais ça ne le dérangait pas. Il en avait pris, et c'est peinant de le dire, l'habitude. Puis de surcroît, il n'a jamais fait vraiment la différence entre une fille et un garçon. L'orientation sexuelle, ce n'est pas un sujet qui a prédominé ne serait qu'une fois dans sa vie. Il ne s'est même pas si il est hétéro, gay ou bi. Il s'en fiche, pour le moment. Mais ce n'était peut-être pas le cas du garçon alors c'était une raison de plus pour le pousser à ne pas réagir avec mauvaise foie. Si il était homophobe, car oui il y en a, vallait mieux qu'il ne sache pas que derrière le frourou blanc et rouge se dissimulait un pénis. Affichant une joyeuse mine pour remplacer un itadakimas et aussi ses profondes pensées, il le laissa débuter sa coupe avec plaisir avant que la cuillère ne lui échappe des doigts.

- Laissez moi faire !

Prenant machinalement une serviette, c'est quand il s'apprêta à essuyer la tache de crème glacée qu'une main le frappa à la figure. Il était tout étourdi, mais ce n'était surement pas à cause de la puissance du coup. Il venait juste de comprendre. Ce n'était pas un garçon, c'était en réalité une fille. L'un comme l'autre s'était fait avoir par les artifices. Choqué et perturbé, il garda pendant un certain laps de temps son regard dans celui de l’a priori mademoiselle. En fond sonore, il entendait la voix fluette de son boss faire des bonds de volume. Se redressant alors, il se tourna vers elle et juste histoire de la calmer, lui dit, rieur :

- Ce n'est rien, ne vous inquietez pas. Nous nous connaissons et c'est un petit jeu que nous avons entre nous.

C'était un mensonge un peu nul mais elle y crut, expirant son soulagement avant de se remettre à la caisse, rassurée. Décidement, sa personnalité était similaire à celle d'une gosse sortit de l'école primaire. Ça faisait certes partie de son charme mais à tous moment, ce dit charme pouvait lui faire préjudice. S'assurant qu'elle ne le guettait plus, ni à lui ni à sa cliente, il lui accorda de nouveau son attention.

- Excusez-moi Mademoiselle, lui chuchota-t-il, mais prennez cette erreur de ma part comme un compliment, Souriant, il s'expliqua : En tant que travesti à mi-temps, j'admire votre travail. Laissez moi vous offrir une boisson pour le dédommagement. Qu'est ce que vous aimez ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Touch

► Messages : 55
► Etudes/Emploi : Choriste
► Personnage sur l'avatar : unique de Zerochan!

MessageSujet: Re: Ça ne devrait pas être le contraire ?   Dim 8 Avr - 0:24

J'étais à la fois si gêner et enragé! Se mélange me fesait devenir bouillante et rouge. Cet homme semblait figée à me regarder l'air absent et il dit à sa patronne que tout cela n'était qu'un jeu. Comme si nous nous connaissions. Je serais les dents, d'énervement, je détestais qu'on sache, surtout qu'on m'en parle! L'homme femme recula et revient ensuite me parler. Dis ces paroles qui me mirent hors de moi! Je fermais les yeux l'air pensif, mais je tentais plus de me contrôler pour ne pas lui balancer ma glace au visage et créer un scandale! Il me qualifia de travestie et me proposa un dédommagement en boisson. J'avalai ma salive et me leva sans dire de bruit et attrapa la main de l'homme déguiser et dit l'air bien joyeux à sa patronne que je l'empruntais pour quelques instants et partie dans la petite salle qui devait être celle du personnel. Je le fis entré, barra la porte et planta mon regard des moins joyeux dans le siens, j'étais maintenant totalement en colère.

- Je ne suis pas un travesti! Je suis née comme ça alors je vais prendre votre erreur comme une insulte si je veux! Arrêter de crier le nom madame à une personne qui a toute les caractéristiques premières d'un homme! Vous pensez peut-être que ces facile de devoir jouer un rôle constamment Monsieur la servante à temps partiel!

Si, j'avais été un câble à cet inconnu qui avait compris, mais se qui m'énervait le plus… C'est que je l'avais déjà vue, de dos… Enfin je pense… Mais en homme. Je fermai les yeux expirant pour me calmer et dis en me calmant un peux.

- Vous aimeriez que je vous appel Monsieur quand vous êtes dans votre rôle de jolie demoiselle pour ces monsieur peut-être !?

L'homme femme c'était adossé au mur, je m'avançais alors vivement vers lui et colla ma paume sur son faux seins qui était une bourrure et dit l'air de vouloir lui faire comprendre.

- Vous avez décidé de faire semblant d'en avoir!

Je me touchais alors à moi tour le torse pour montrer qu'il était bien plat. Mon genou se colla alors à son entre jambe et on sentie bien que c'était plus gros que la normale pour une fille, je me reculais et tournais dos à cette personne qui m'avait mis dans une colère si intense en si peu de temps et de gestes. Je partis ensuite au lavabo et les ouvris, prenant un peu d'eau et en déposant sur ma chemise blanche en soupirant. Je fermais ensuite les yeux et finis par dire l'air exaspéré.

- Désoler de vous être tombés dessus ainsi, je ne connais même pas votre nom et je vous insulte.

Je rouvris les yeux et regarda mon reflet dans la glace avec une certaine tristesse. Je délaissai cette image désolante et commença à frotter ma chemise où il y avait cette vilaine tâche brune de chocolat. Je me dis que la pièce devait être insonorisé car on eut aucune intervention de l'extérieur et on entendait absolument rien de se qui se passait à l'extérieur... D'une façon, ça m'arrangeais un peu. Je n'avais pas envie d'avoir des questions, des regards, j'en avais bien assez de ma famille. J'étais d'ailleurs un peu gêner d'avoir dévoiler autant de choses personnel à cette personne qui m'étais il y a peu inconnue et dont je ne connaissais pas l’existence.

• • • • • • • • •

Est-ce que je me travesti quand je suis habillé en homme parce que je suis une fille ou est-ce que je me travesti quand je m'habille en fille car j'ai l'air d'un homme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hearing

► Messages : 33
► Etudes/Emploi : Maid
► Personnage sur l'avatar : C'est une très bonne question.

MessageSujet: Re: Ça ne devrait pas être le contraire ?   Dim 8 Avr - 14:22

Sur ce coup là, on peut le dire, il fut bien naïf. Lui qui croyait avoir réglé le plus gros, la sensibilité de la travesti et de sa patronne, il se retrouvait entraîné par la première dans l'espace du personnel. Elle lui broyait la main, slalomant entre les tables et regards curieux des clients. Quand elle claqua la porte derrière elle pour éviter que l'on ne les surprenne, il s'attendait déjà au pire. Il avait le même pressentiment qu'un enfant lorsqu'il a fait une bêtise : La foudre allait lui tomber dessus. Et elle ne le loupa pas ! Plaquant sa main contre le mur, à quelques centimètre de son l'oreille, la fille semblait vouloir posséder toute son attention. Elle le fusillait du regard, l'obligeant à lui tenir tête. Elle déballa probablement tout ce qu'elle avait sur le coeur, sans se ménager. Il comprit alors à quel point il avait été maladroit, surtout lorsqu'elle se permit de lui palper le torse de faire frotter vulgairement son genou entre ses deux jambes. Elle ne manquait de toute évidence pas d'air mais de vérité, cette petite. Elle criait haut et fort des mensonges comme si elle voulait être convaincue de leur authenticité. Après avoir comparé l'incomparable, soit sa situation et celle de Gauthier, elle lui tourna le dos et alla effacer la tâche de crème glacé sur sa chemise avec l'eau du robinet. Toujours le dos collé contre le mur, il la regardait faire, zieutant son refet dans la glace. Sa mine était lasse, dépitée, triste aussi. Ce qui était compréhensible. Se mentir à soi même, ce n'est pas de tout repos, dans les deux sens du terme.

Se décollant, il posa la semelle de son pied droit contre le béton, portant ensuite ses doigts vers le noeud de la couette qui était à refaire. La serrant, il la laissa s'exucser, hochant la tête pour lui faire comprendre qu'elle était toute pardonnée avant de lui répondre, calmement.

- Désoler de vous être tombés dessus ainsi, je ne connais même pas votre nom et je vous insulte.

- Ce n'est pas le plus grave, commença-t-il en plantant ses yeux dans ceux de la demoiselle, toujours via le reflet de glace, Le plus grave, c'est que j'ai eu à subir la colère que vous avez contre vous même. Vous dites que vous n'êtes pas travestie, mais vous faites tout pour ressembler en tous points en un homme.

Sur ces quelques mots, il s'approcha d'elle, la rejoignant pour pouvoir la regarder sans avoir à passer par un tier. C'était plus franc, moins évasif comme dialogue. Il avait pesé ses mots avec tact et voulait qu'elle les supporte.

- Vous n'êtes pas née avec cette coupe de cheveux masculine, ni avec ses habits, lui dit-il, tortillant une seconde l'une des mèches brunes de la concernée, Je n'ai pas crié Madame à quelqu'un qui a toutes les caractéristiques d'un Monsieur, j'ai chuchoté mademoiselle à quelqu'un d'indécis. Prétendre que c'est facile de jouer un rôle, je n'ai jamais osé. Je suis bien placé pour savoir que ça ne l'est pas. C'est une faveur qu'on m'a demandé alors personnellement, j'aurais pris cette reconnaisance pour un compliment mais ma patronne n'aurait probablement pas apprécié que vous m’appeliez Monsieur devant la clientèle. J'ai décidé de faire semblant d'en avoir, mais ça m'est légitime. Vous le pouvez aussi, par ailleurs.

Au moins, il n'y avait pas été par quatre chemins. Dieu sait qu'il n'aime pas ça, tourner autour du pot.
Fourrant ses mains dans ses poches, il passa un coup d'oeil dans le réflecteur d'image, détaillant son physique ainsi que celui de la personne à ses côtés. Il était plus grand qu'elle, d'une tête seulement. C'était une légère différence compte tenu de la taille moyenne d'un homme et d'une femme. Souriant car il remarquait que l'adolescente avait laissé sa bouche entrouverte, il lui fit face et la lui ferma, avec douceur bien entendu.

- Tant que nous sommes ici, dites moi ce que vous aimez boire.

La quittant, il partit vers le fond de la pièce, ouvrant le gigantesque frigo qui contenait toutes les boissons.

- Un jus de fruit, du pétillant... ?

Il gardait toujours son sourire aux lèvres, de un parce que le contexte plutôt comique dans lequel il était l'amusé et parce que cela faisait aussi partie de son travail. Certes, il avait tenu une discussion plutôt sérieuse et personnelle quelques secondes auparavant, mais il ne fallait pas qu'il oublie qu'il était payé, en ce moment même pour bosser d'arrache pied. Sortant, lorsqu'elle lui fit parvenir sa commande, cette dernière du réfrigérateur, il la lui apporta et lui lança, avec une tantinet d'humour dans la voix :

- Et pour en revenir aux présentations, Maître, je m'appelle Gauthier. Je suis français et maid à mi temps. Vous pourrez m'insultez en tout bonne foie toute conscience maintenant. Par contre, je dois vous demander de ne pas m’appeler ainsi devant la clientèle. Etes vous prêt à retourner dans le restaurant ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Touch

► Messages : 55
► Etudes/Emploi : Choriste
► Personnage sur l'avatar : unique de Zerochan!

MessageSujet: Re: Ça ne devrait pas être le contraire ?   Lun 9 Avr - 15:35

J'étais resté silencieuse pendant un moment, ne sachant que dire sans éclater. Je reconnue mes tords à certains instants. En effet, cet homme n'avait pas crié madame mais pourtant, ça m'avait parue être tellement fort. Je suis trop sur mes gardes voilà pourquoi cela m'avait semblé scandaleux et m'avait mis dans tous mes états. Voilà pourquoi je déteste tant qu'on comprennent que j'étais une femme, cela créait toujours des situations impossibles. Je soupirais, étant maintenant calmer mais terriblement mal et mal à l'aise. Une phrase me trottait tout de même en tête… Je veux ressembler en tout point en homme ? Mais ma pensé fut coupé par une demande de se que je voulais boire. Je clignais des yeux face à cet homme qui était déjà revenue dans son rôle et qui me souriait. Je pris un moment mais lui dit toute de même se que je souhaitais.

- Heu… Un jus de pêche merci.

L'employé en sortie un du petit frigo et me l'envoya, par chance je l'attrapai et l'ouvris avant d'en prendre une gorgée. L'homme se présenta pendant que je m'assoyais sur le comptoir du lavabo qui était sec. Il s'appelait donc Gauthier, c'était effectivement très français. Me demandant alors si j'étais prêt à retourner dans le restaurant. Je baissais les yeux et pris une gorgée de jus et comme si j'étais chez un psychologue dis des paroles suite à ma pensée de tout à l'heure.

- Vous dites… Que je fais tout pour ressembler à un homme… Mais quand je tente d'avoir l'air d'une femme… J'ai vraiment l'air d'un mauvais travesti. Je ne sais plus comment m'habillée pour avoir l'air normal.

J'avais suite à ces mots relever la tête vers la maid, les yeux bien secs, simplement mélancolique. En effet, cela m'était souffrant. Se n'était pas comme si j'avais des bandages au niveau de la poitrine, je n'en avais certainement pas besoin, j'avais pratiquement l'air d'avoir plus de pectoraux que de seins! Je rebaissais les yeux en déçandant ensuite du comptoir, je répondis tout de même à ça dernière question.

- Je ne crois pas que je vais retourner au restaurant, je pense plutôt rentrée… Je n'ai pas de raison d'y resté. J'étais simplement venue pour l'offre d'emploi. De plus, je ne voudrais pas vous mettre dans l'ambarat avec votre clientèle et votre patronne.

Je relevais donc la tête vers Gauthier et décidais qu'il était temps que je fasse de vraies excuses à cette personne.

- Je tenais à m'excuser pour la baffe, elle n'était pas voulue ni mérité. Je n'aurais pas non plus dû vous engueulez de la sorte, je me suis emporté et merci de m'avoir écouté, j'ai l'air stupide de dire autant de truc à un inconnu… Comment puis-je me racheté ? Et je vous dois combien pour le jus ?

Je me sentais mal et ça se s'entendais dans ma voix qui était basse et comme écraser. Je portais aussi très souvent mon regard au sol. Le déni comme dirait les spécialistes. Mais bon je m'en fou, j'ai au moins réussis à m'excuser! Je reniflai en soupirant et portant maintenant pour de vrai mon regard dans celui de la première personne qui savait la vérité sur mon identité dans ce pays. Je fus tout de même un peu soulager qu'il ne sache rien de ma vie, mon nom, ma ville natale, où je vivais. J'étais dans l'anonymat dans cette confidence. Je ne reverrais peut-être jamais cet homme d'ailleurs. Plus j'y pensais plus je me disais qu'il était impossible que je l'aille vue à la pension. Je n'avais vue pratiquement personne puisque j'y étais depuis tellement peu de temps. J'avalais ma salive un peu mal à l'aise devant le regard et le silence qui régnaient dans la salle des employés. Je ne me sentais plus trop à ma place et ma colère était partie pour laisser placer au malaise. Je ferais peut-être mieux de simplement partir… Mais le regard de l'homme déguiser en femme me donnait l'impression que je devais attendre, qu'il allait dire quelques choses, qu'il attendait simplement que je sois totalement là, à l'écouter. Ça devait être ça car en se moment, la porte barré me stressait à mort, j'avais peur qu'on cogne et qu'on demande pourquoi c'était barré et qu'on se face des idées. Je fermais les yeux encore quelques secondes et inspirais, bon j'étais maintenant prête et calme. Il pouvait parler. Il devait tout de même se dépêcher. Ça patronne allait s'impatienté sinon… Enfin, je ne sais pas à quelle heures finissait son "chiffre" mais bon. Il était là pour travailler, pas pour jouer le psy' ! Allez Alexy, arrête de pensée! Met ton petit hamster dans son lit!

• • • • • • • • •

Est-ce que je me travesti quand je suis habillé en homme parce que je suis une fille ou est-ce que je me travesti quand je m'habille en fille car j'ai l'air d'un homme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hearing

► Messages : 33
► Etudes/Emploi : Maid
► Personnage sur l'avatar : C'est une très bonne question.

MessageSujet: Re: Ça ne devrait pas être le contraire ?   Mer 11 Avr - 13:42

Il avait eu l'impression qu'elle buvait son jus de pêche pour s'encourager à parler. Son gosier n'était, il le sait, pas sec alors c'est ce qu'il en conclut, même si c'est il est vrai, une réflexion un peu précipitée. Quoi qu'il en soit, l'important est comme il le dit régulièrement, le résultat. Elle ouvrit de nouveau la bouche après avoir soupiré et lui lança ce qui lui restait sur le coeur de la même façon qu'on envoie une bouteille à la mer. Avec soulagement mais peu d'espoir que quelqu'un la retrouve et la lise un jour. Sauf que si, là, il y avait bien quelqu'un pour réceptionner tous ces mots. Il les écouta avec une attention particulière, se permettant de fixer l'émettrice sans le moindre gêne. C'est tellement naturel chez lui de regarder ainsi les gens. En France, c'est une marque de respect. Si l'on ne regarde pas la personne clairement dans les yeux, cela cache automatiquement quelque chose. Un manque de franchise ou une peur quelconque. Par chance, ça ne sembla pas la déranger. Elle continua à parler, étant donné qu'il fallait bien combler le vide et que Gauthier la laissait encore s'exprimer, comme si il savait d'avance qu'elle avait des choses à rajouter sur le tas.

Le problème, il le cerna bien. La pauvre petite était dans une impasse. Etre ce qu'elle est, soit une femme et se faire passer pour une travestie ou être ce qu'elle n'est pas, soit un homme, et être vraiment une travestie. Pour lui, la situation était un peu pittoresque car bien évidemment, sa manière de penser et comme tous à chacun propre à lui seul. Si le malaise était de ressembler à un travesti, il se voyait mal le devenir réellement sous prextexte qu'ainsi, le monde ne le verrait pas comme tel. C'était paradoxale mais compréhensible également. Bien qu'il ne pensait de toute évidence pas comme elle, il arrivait très bien à se mettre dans sa peau. Il saisissait alors la difficulté qu'elle devait avoir pour jouer ce rôle en permanence, qu'elle n'aime pas qui plus est. Le seul point positif était qu'elle ne se mentait plus, elle avouait être une travestie. Ce qui aurait été aussi un plus, c'est qu'elle soit d'attaque à affronter la critique extérieur. Selon lui, l'avis du monde n'est qu'accessoire. L'essentiel, c'est ce que l'on pense de soi, comment l'on se voit. Après, il est certain qu'on peut facilement se tromper sur nous même mais les amis ou la famille, c'est fait en partie pour nous ouvrir les yeux et / ou nous remettre dans le droit chemin également, encore faut-il en avoir, bien sur. Sauf que ça, c'était une autre histoire.

Quand elle s'excusa, et ça avec la plus grande sincérité au monde, il était encore en train de décortiquer sa réplique précédente. Elle était venue pour un offre d'emploi de maid, alors qu'elle ne voulait pas se faire passer pour une travestie ? Tout ça était bien étrange, il avait l'impression que certains éléments lui manquaient. Sans crier garde, il la coupa alors, pile au moment où elle lui demandait comment se racheter.

- Une offre d'emploie, vous dites ? Pour être maid ?

La tête légérement penchée sur le côté, il la toisa avec plus ou moins de curiosité et alors qu'il attendait une réponse, il se faisait déjà ses plans dans la tête. Quand elle acquiesça, il esquissa un sourire. Il avait une petite idée bien tordue mais comptait la mettre à l'oeuvre, si bien sur, elle lui en donnait l'accord. Pour ne pas gâcher la suprise cela dit, ou éviter son refus, tout dépend de comment on voit la chose, il préféra ne pas lui déballer tout de suite et si rapidement la dite idée.

- Me permettez-vous de faire quelque chose ?

Sa cliente eut l'air surpris, ce qui était tout à fait normal. Ce quelque chose pouvait être tout et n'importe quoi et il était conscient qu'elle allait surement lui demander plus de précisions. Seulement, dans son attitude, il lui fit comprendre que ça ne servait à rien de le questionner. Lui préciser, ce n'était certainement pas dans ses projets. Il attendit alors qu'elle se décide et quand venue le moment, il souria d'avantage. Ce geste pouvait ne pas la mettre en confiance comme la rassurer. Tout se jouait selon l'image qu'elle se faisait de lui.
Prenant les devants, Gauthier ne prit pas le risque qu'elle fasse machine arrière et lui donna l'ordre, gentiment, de rester ici. Ensuite, comme il l'avait prévu, il disposa des lieux et rejoignit le restaurant pour faire adhérer sa patronne à l'idée qu'il avait eu. Sans surprise, cette dernière accepta, toute enjouée, appelant à l'ordre quelques unes de ses meilleures employés : Elizabeth et Kathia. Les deux maids suivirent notre personnage jusqu'à la salle du personnel, là où se trouvait encore sagement notre travestie. Anxieuse devait-elle être face à ce qu'on lui reservait car en voyant la calvarie débarquer, elle manqua d'avaler de travers un filet de jus de pêche. Heureusement, elle s'en sortit bien et Gauth put donc lui expliquer en détails, ou pas, la situation.

- Pour vous racheter, vous avez juste à laisser ces deux merveilleuses femmes s'occuper de vous : Elizabeth et Kathia. Nous nous reverrons tout à l'heure !

Alors qu'elle l'épiait avec une mine presque apeurée, il lui lança de nouveau un sourire, s'empressant de lui faire un signe de la main en guise d'à tout à l'heure. La pauvre... il la plaignait mais riait de son sort intérieurement. Elle devait se faire un soucis monstre pour pas grand chose. Il avait en effet, pour compenser les services gratuits qu'il offrait à sa boss, demandé à cette dernière si il était possible de rendre le jeune garçon, une belle et jolie fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Touch

► Messages : 55
► Etudes/Emploi : Choriste
► Personnage sur l'avatar : unique de Zerochan!

MessageSujet: Re: Ça ne devrait pas être le contraire ?   Mer 11 Avr - 22:12

Quand j'avais finis ma tirade, je m'étais sentie un peu stupide mais ce sentiment, il était partie bien rapidement. Il avait été remplacé par une certaine crainte! J'aurais dû faire plus gaffe mais sur le coup, je fus simplement surpris par sa question et me contenta de le regarder bêtement et de répondre positivement malgré un moment d'hésitation.

- Oui... Enfin, ce n'était pas spécifier que c'était pour être maid….

Je faisais un visage des moins assurés. Bah oui, à voir son sourire, personne n'aurait confiance! Surtout que cela n'avait aucun rapport avec la façon de me racheter de l'avoir incommodé durant ces heures de travail. Ça commençait réellement à me foutre les boules. Puis après qu'il aille lancer ce sourire peux rassurant, il me demandait s'il pouvait faire quelques choses. Comme il l'aura surement remarqué, la confiance n'était absolument pas là et j'étais très incertaine de dire oui. J'étais carrément surprise, me demandant se qu'il voulait dire par là. Mais je vue à son regard qu'il ne laisserait rien comme explication. Cela ne me rassurait guère mais je ne pouvais pas vraiment refusé puisque je lui avais proposé une façon de me racheter. Alors que je prenais un moment et une inspiration pour lui montrer mon accord bien que ma voix ne soit nullement assurée. En effet, je n'étais pas d'accord avec mes paroles!

- Hum… Ouais ?

Ensuite, il me dit de resté ici. Je fronçais évidement les sourcils, il va faire quoi ? Le voyant partir vers la porte et sortir de la pièce me laissant seule. Je portais mon regard vers mes pieds, les levant et les baissant à un rythme bien régulier. Évidemment, j'avais une chanson en tête, j'en étais un fan, comment ne pas y penser! En plus, je voulais me calmer un peu, rien de mieux que la musique pour y arriver! Je tournais ensuite mon corps vers la glace pour regarder ma chemise qui semblait bien, je la replaçai et arrangeais mon pantalon qui était tout fripé. Je portais la boite de jus à ma bouche quand j'entendis la porte s'ouvrir, je me retournais donc pour voir Gauthier entré. À mon grand malheur, qui m'étouffa d'ailleurs, il était bien revenue, mais avec 2 autres employées! Ma gorge se noua, je savais qu'il allait avoir un problème, un truc qui me mettrait dans la merde! Bah voilà, c'était le cas! J'entendus ensuite le châtiment des lèvres de Gauthier qui m'annonçait que pour me racheter, il me laissait avec les 2 autres employer et qu'il reviendrait plus tard. Je ne retenue cependant pas ma surprise.

- QUOI!!!!!!!?

Mais trop tard, il repartait et les deux jeunes filles refermaient le passage, elles pas que je m'échappe. Les vilaines! Elles me firent un sourire que je ne leur renvoyais pas car j'étais inquiète. Elles vont foutre quoi là ? Elles se présentèrent et dit de ne pas s'en faire qu'elles étaient des professionnels dans ce domaine et que ça seraient très mignons. Je fronçais les sourcils, étant toujours dans l'ignorance de la chose! Mais de quoi parlaient ces 2 jeunes femmes! La fille qui c'était présenter sous le nom de Kathia me dit de bien vouloir m'assoir et d'enlever ma chemise. J'écarquillais les yeux après mettre assit. Je balbitiais mal à l'aise quelques choses pour me justifier.

- Je… Enfin, je préfèrerais la garder vous voyez… Je ne sais pas ce que votre confrère vous a dit mais… Je…

Je fus coupé par Elizabeth qui me dit qu'elle savait qu'elle allait me rendre jolie. Elle me dit ensuite qu'elle avait coiffé et arranger Gauthier la première fois qu'il avait dû se déguiser en fille. Cela ne me rassurait guère, Gauthier était habillé comme une streaptiseuse masochiste… Mais je fus choqué qu'elle sache. Il l'avait donc dit ? Oui je suis une fille mais… Je ne suis pas habitué de le crié sur tous les cas. Mais après une minute à penser je compris pourquoi ces filles étaient là. Je clignais donc des yeux et tournais mon visage vers le haut pour les regardées dans les yeux.

- Vous allez m'habillé en fille ?


J'avais dit cela comme si c'était un choc pour moi. S'en était un en même temps. Un petit rire cristallin sortie de la bouche de Kathia qui me sourit pour accédiez. J'entrouvris la bouche surprise puis après un moment à être immobile, baissa les yeux au sol. Je pris une inspiration et sous le regard et le sourire qui s'élargissaient chez les demoiselles, je commençais à déboutonné ma chemise. Des KYYAA résonnèrent et elles partirent à leurs cases et sortirent pleins de trucs quelles étalèrent sur les bancs et comptoirs. Je fermais les yeux, me disant que j'allais certainement regretté. J'avais finalement enlevé ma chemise qui tombait au sol. J'étais maintenant toute rouge et je regardais le sol. Les filles commençaient déjà à me choisir une tenue en gloussant. Je n'osais même pas regarder ce qu'elle choisirait. Après 15 bonnes minutes, elles revinrent vers moi et me dit toutes joyeuses que j'allais être très mignonne. Elle me dire d'enlever mon pantalon et mes souliers. Je soupirais et fit ce qu'on me demandait. Je ne pourrais partir sinon! Elles me bandèrent les yeux et me dit que ça serait une surprise. Je me laissais faire. Les sentant m'habillé. Elles firent des bruits admirative et à la voix je reconnue Elizabeth qui me dit que c'était bien que je m'épile toujours. Je lâchais un peu amusé malgré la situation.

- Bah, je suis pas un vrai mec non plus...

Elles rirent en cœur et je les senties jouer dans mes cheveux. Crêpant, lissant, frisants et mettant des trucs dedans. Après un moment elles m'enlevèrent le bandeau et m'amenèrent devant le miroir pour que je puisse me voir. J'avais d'abord été figé sur mes cheveux. Oui, il y avait des rallonges, frisés très mignonnes, avec mon toupet bien lisse, j'avais même un petit nœud papillon sur le côté. On aurait dit des cheveux de poupée. C'était vraiment chou. Je sourie bien malgré moi en portant ma main à ma bouche. Puis je descendais mon regard vers ma tenue. C'était ni trop long ni trop cour. Ça arrêtait un peu en haut du genou. C'était une petite robe d'été blanche et bleue. On pouvait voir sur celle-ci des des fleurs, je crois que c'était des Lady of July. Une des plus belles fleurs selon moi. Le décolleté de celle-ci était presque invisible. Deux petites bourrent au niveau des seins étaient présentent. Je trouvais cela un peu étrange mais ça me fit rire. Je vis au bas de la robe en belle lettre noir qu'il était écris un truc amusant. Il était écrit " I'm a lady. " Je sourie après avoir lus cela. Elles me regardaient fières mais je vue à leurs regards que ce n'était pas finis. Je les regardais en soupirant.

- Mais quoi ? Ce n'est pas assez ?

Puis je vue une valise ouverte dans leurs mains. Le maquillage, comment avais-je pus oublier ce matériels typiquement féminin ? Je soupirais et me rassis. Elles s'amusaient vraiment comme deux petites folles! Par chance, elles ne me maquillèrent pas trop. Un peu de mascara, crayon, fard à paupières, blush et très peu de rouge à lèvres. Je ris quand elles s'écrièrent finalement en cœur qu'elles avaient fini. Je me relevais et leurs fit un câlin en les remerciant.

- Merci c'est très gentil! Je me demande bien pourquoi vous avez fait ça en plus! Regarder l'heure! Le café ferme dans 20 minutes! Vous êtes vraiment douée et patiente! Ça fait presque 3 heures que vous vous exténuez à me rendre féminine!

Kathia me prit dans ces bras et me dis que j'étais une magnifique jeune fille. Je rougis et fermais les yeux. Elles me dirent ensuite de sortir, que Gauthier ne devraient pas être loin. J'aussais les épaules et sortie de la pièce. Arriver dans la salle du restaurant, la gérante me fit un clin d'œil et me dit de m'assoir et appelait Gauthier. Je trouvais les regards des autres assez différents et c'était un peu gênant, n'étant pas habitué à ces regards. Je me retournais quand j'entendis des pas, cheveux volant dans les airs.

Ps : voilà… Je me suis dit que comme ça, t'aura le choix de dire s'il est en mec ou en fille xD

• • • • • • • • •

Est-ce que je me travesti quand je suis habillé en homme parce que je suis une fille ou est-ce que je me travesti quand je m'habille en fille car j'ai l'air d'un homme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hearing

► Messages : 33
► Etudes/Emploi : Maid
► Personnage sur l'avatar : C'est une très bonne question.

MessageSujet: Re: Ça ne devrait pas être le contraire ?   Jeu 12 Avr - 20:11

- QUOI!!!!!!!?

A l'entendre, on aurait dit qu'il l'avait fait emprisonner dans une cage à lions. La pauvre était choquée, perturbée ainsi que paralysée par ce qui l'attendait. Gauthier lui, tout au contraire, se sentait à son aise. Il lui fit un dernier sourire et s'en alla reprendre du service. Comme à son habitude, il se fit draguer par beaucoup d'hommes, ces derniers aimant particulièrement sa grande taille ainsi que son tour de poitrine sur-dimensionnée. Il ressemblait traits pour traits à une fille ; à la vue, son réel sexe était indiscernable. La seule chose qui pouvait le trahir était sa voix. La preuve, quelques minutes plus tôt, il se recevait une claque par une cliente car elle avait entendu son ton de voix pour le moins que l'on puisse dire masculin. Pour le coup, il fit d'avantage attention. Il travailla sa marche, ses mimiques et sa voix, la rendant plus féminine, plus douce. Les gens ne virent que du feu, ils ne captèrent rien. C'était au final un compliment tout autant qu'une insulte. Forcement, il était fier d'arriver à se travestir aussi bien mais moins de perdre sa virilité aussi facilement. Pour un garçon pour qui le travestisme n'est qu'une histoire de sous, c'est justement peu rentable. Heureusement que ce n'était pas lui qui se chargait du maquillage, de la coiffure et de tout le bazard. Sa dignité restait en ce point intacte. En effet, ça a toujours été Elizabeth et Kathia, les deux maids et stylistes qui s'occupaient d'Alexis pendant que lui prenait les commandes d'un tier.

- Ce sera donc comme d'habitude, une glace choco vanille, Maitre ?

Ce tier, ce n'était pas n'importe lequel. Il s'agissait d'un habitué du restaurant, toujours présent dans les créneaux horaires de Gauthier. Il avait donné l'ordre de se faire servir uniquement par lui, enfin par elle, car il croyait comme tout le monde qu'il s'agissait bel et bien d'une et non pas d'un maid.

- Exactement.

En guise de remerciement, il eut le droit à un clin d'oeil plutôt charmeur. Il n'y répondit bien évidemment que par un sourire et se dirigea derrière la caisse pour préparer tout ça en cuisine. A côté de lui, sa patronne, Irma, trépignait d'impatience. Elle voulait absolument voir le résultat de la transformation qui s'opérait dans les vestiaires des filles. Tellement elle ne tenait plus sur place, elle travaillait au pas de course sans aucune raison. Au bout d'un moment, alors que notre personnage finissait de préparer la crème glacée pour son admirateur pas si secret que ça, elle lui demanda :

- Tu crois qu'elles ont bientôt fini ?

- Je ne crois pas, non. On a pas encore entendu de cris hystériques.

Pile à ce moment là, des cris retentirent. Des ' Kya ', des ' waw ' d'un volume sonore un peu trop exagéré. Les deux stylistes devaient apparemment être fières de leur boulot, du moins, c'est ce que leur boss et collégue en conclurent. Amusés par le timing, ils s'étaient même mis à rire, pendant un court laps de temps car bien sur, la clientèle elle aussi n'était pas de toute patience.
Emmenant alors la glace choco vanille à celui qui l'avait commandé, accompagné de la facture, il se dépêcha de quitter la table, se faisait au passage peloter la cuisse. Il se retenu tant bien que mal de lui balancer des mots durs ou de ses poings. L'envie ne lui manquait pas mais ce n'était pas une attitude à prendre dans un lieu public, même si ce dit admirateur se montrait de plus en plus lourd et pervers. Le self contrôle, c'est comme dirait sa mère, un domaine dans lequel il excel. Il était cela dit prêt à régler ses comptes à la sortie avec le concerné, préférant à l'instant t, finir les tâches qu'on lui avait attribué. La mâchoire serrée, il se rendit alors au fond de la salle, l'éponge prise au passage pour nettoyer quelques rangées. Une fois la chose faite, il alla se laver les mains, se les essuyant ensuite avec un torchon sec, portant un oeil attentif à l'horloge accroché plus au dessus de levier. Une heure. Cela faisait une heure que les trois ne montraient pas le moindre signe de vie.

- Vraiment... elles mettent du temps ! lança Irma en fermant sa caisse, préoccupée elle aussi par le cadrant. Quand il s'agit de toi, je peux comprendre car tu es un homme mais elle... c'est une jeune fille ! Eliz et Kath ne devraient pas mettre autant de temps pour que l'on s'en rende compte.

Après avoir décrypté cette réplique non sans mal, Gauthier haussa les épaules. Il n'en savait pas plus que Irma sur le pourquoi du comment. Si elles mettaient du temps, il devait selon lui forcement y avoir une raison comme la recherche poussée, l'application façonnée ou encore l'amusement. Il ne doutait absolument pas du talent de ces deux collégues. Il les avait vu faire leurs preuves sur lui-même après tout. Puis, il savait aussi qu'elles étaient des personnes à qui on pouvait faire confiance. Le secret d'Alexy était en ces lieux bien gardé.

- Bon ! Je vais allé voir !

Prenant de l'élan, Irma ouvrit la porte de la réserve et telle une enfant la veille de Noel, toute curieuse, regarda à travers le trou de la serrure. Penchée, les mains sur la poignet, elle avait une posture maladroite mais amusante. Gauthier décrocha d'ailleurs un sourire avant de se retourner pour surveiller les entrées et sorties. Son admirateur pervers était toujours là, assied à deux tables près, le fixant comme si il allait le bouffer. Là, par contre, il lui rendit son regard. Cependant, il ne voulait pas exactement dire la même chose, même pas du tout. L'un voulait du sexe, l'autre voulait de la frappe. Cet échange oculaire dura quelques secondes seulement car il fut coupé par le retour de la patronne sur son terrain. Elle se hissa sur la pointe des pieds, refermant l'accès de la reserve derrière elle pour glisser au creux de l'oreille de Gauthier :

- Elle va être méconnaissable !

Ça, il n'en était pas si sur mais il hocha tout de même positivement la tête, histoire de ne pas froisser sa sensibilité déjà mise à rude épreuve au cours de la journée. Elle avait failli faire une crise cardiaque en assistant à la scène de la baffe.

Mettant de côté cette histoire ainsi que celle de l'admirateur pervers, notre personnage se remit à sa fonction, redoublant voire triplant d'effort pour combler l'abscence de deux maids compétentes qui plus est. S'activant et cela d'arrache pieds, il nettoya toutes les rangées, passant aussi le ballet à l'ancienne et servant les clients qui le désiraient. Deux heures plus tard, il put faire une pause. 15 h, c'était son heure de débauche. Vérifiant que tout était au point, il proposa à sa chef de l'aide supplémentaire mais celle-ci refusa. Il en avait selon elle, assez fait pour aujourd'hui. La remerciant, il rejoignit alors la réserve, se déshabillant et se rhabillant rapidement pour éviter que quelqu'un d'indiscret entre ou sorte d'une ou de l'autre porte.

Habillé de noir de la tête aux pieds, démaquillé et décoiffé, il prit son casque et repointa le bout de son nez dans la salle de restauration. L'admirateur était toujours là, fumant dos à lui sa cigarette sur la terrasse. Décidément, il ne devait pas avoir saisit correctement le sens du regard qui lui avait été lancé tout à l'heure. C'était dommage pour lui car Gauthier n'allait pas lui laisser une deuxième chance de s'enfuir. En soi, le fait qu'on lui est touché la cuisse ne le gêna pas plus que ça mais il s'était dit que ça aurait pu être lui comme un autre, une autre ; Et ça, ça c'était impardonnable.

- Gauthier, je suis désolée de te déranger mais est-ce que tu peux fermer l'enceinte s'il te plait ?

- Oui, bien sur. Ce sont les clefs ? demanda-t-il en agitant un trousseau, trouvé là, sur le comptoir.

- Oui ! Encore merci !

Se souriant mutuellement, ils se croisèrent et tandis qu'elle rentrait, lui sortait dehors. Il passa par la porte de sortie et ferma à clefs tous les accès comme promis et en profita pour marcher, lentement mais surement vers le devant du Café. Là, il attrapa subitement par la manche le client, admirateur et pervers à la fois pour le traîner dans la cours arrière. Quand ils firent enfin en tête à tête, il le plaqua contre un mur, le tenant fermement par le col.

- La prochaine fois que je ressens une partie de votre corps sur le mien ou que je vous vois toucher celui d'un ou d'une autre sans son consentement, je vous tue.

Sur ces mots, Gauthier lâcha sa victime, la faisant tomber au sol sans la moindre difficulté. Il aurait voulu le rouer de coups, du moins un ou deux pour bien lui faire passer le message, conscients que ce genre de gars ça ne lâche pas l'affaire si vite mais il fut interpeller à l'intérieur. Sa patronne hurlait son prénom à tue-tête. Donnant alors une dernière fois de l'attention au désormais bléssé, il le laissa en plan et regagna sa troupe.
Le trousseau de clefs tintant autour de son index et ses bottes frappant le sol d'un rythme régulier, on l'entendit s'approcher de loin. Quand il arriva enfin à destination, c'est-à-dire devant les deux maids et leur chef-d'oeuvre : Alexy, il esquissa un grand sourire sincère.

- Encore en vie ? l'interroga-t-il avec humour.

Elle était vraiment jolie, pour ne pas dire magnifique. Il contenait en mémoire plusieurs compliments, qu'il s'empêchait de dire devant la foule pour ne pas la rendre mal à l'aise ou rougissante. Se saisissant de son casque qui était délicatement posé sur le meuble, il félicita les deux stylistes pour leur magnifique boulot avant de leur adresser, comme si il avait besoin de leur autorisation :

- Je peux vous emprunter votre poupée ?

- Vas'y Gaugau, mais ne nous l’abîme pas ! s'éprit de répondre Kathia, une réponse approuvée par Elizabeth qui poussa en douceur Alexy dans la direction du ténébreux.

- Amusez-vous bien, rajouta cette dernière, et si tu la ramène, prends ton deuxième casque !

- Tu veux que je te ramène, Alexy ?

Visiblement, elle n'était pas contre. Elizabeth chercha alors dans la réserve le second casque pour le lui tendre, s'empressant ensuite de leur faire un au revoir de la main tout comme les deux autres tandis que les travesties reconstitués se dirigeaient vers le parking. En chemin, ils croisèrent la victime de Gauthier. Elle se tenait le nez, des traces de sang jonchant sa main droite. C'était pas beau à voir mais facilement supportable, surtout compte tenu du contexte. Se reculant encore d'avantage du lieu de leur rencontre, ils prirent un chemin qui achemina jusqu'à leur moyen de transport : Une moto.

- Ça me peine de devoir faire ça mais..., lui commença-t-il tout en lui accrochant le casque, Je dois cacher ton beau visage sous ce casque. Question de sécurité. Alors alors... Où est ce que je t’emmène princesse ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Touch

► Messages : 55
► Etudes/Emploi : Choriste
► Personnage sur l'avatar : unique de Zerochan!

MessageSujet: Re: Ça ne devrait pas être le contraire ?   Jeu 12 Avr - 22:56

Quand j'étais arrivé dans la salle du restaurant, je remarquais que c'était fermé et que, la personne devant moi qu'on avait héler, n'étais plus comme je l'avais vue quelques heures plutôt. En effet, le responsable de ma métamorphose était maintenant en homme. Sa me surpris d'ailleurs, ces vêtements masculins classes et ces cheveux longs. Il me souriait en me demandait si j'étais toujours en vie. Je lui rendis son sourire un peu gêner mais trouvant cela très drôle. Je clignais des yeux avant de lui répondre amusé.

- Apparemment, je le suis toujours!

La situation était assez étrange, on m'avait fait une métamorphose mais… Je ne comprenais pas pourquoi cet homme qui m'était inconnue il y a peu avait voulu tant me voir ainsi. Mais je décidais de ne pas trop chercher et de plutôt rire de cette situation cocasse. Il demandait ensuite s'il pouvait emprunter leur poupée a Kathia et Elyzabeth. Je pris au moins un bon 10 secondes comprendre que la poupée en question, c'était moi. J'entrouvris la bouche comme pour montrer mon étonnement. Il m'avait vraiment qualifié de poupée là ? Mes 2 bonnes fées leurs donnèrent leurs accords, je trouvais ça carrément étrange. J'étais un objet dans cette histoire ? Elizabeth me poussait ensuite doucement vers Gauthier, sur qui je manquai de trébucher, n'était pas encore habitué aux talons que comportaient mes souliers. Je sentais un peu de chaleur monté en moi, un certain malaise peut-être. Gauthier me demandait ensuite si je voulais qu'il me ramène. Je clignais des yeux un moment puis pas très sûre lui répondit.

- Heu… Oui, d'accord.

Elizabeth partie pratiquement à courir pour aller chercher un casque. J'en déduisis que Gauthier était propriétaire d'une moto. J'aimais bien ces véhicules bien qu'à Genova, ce n'était pas très courant. On se fit pratiquement mettre à la porte par les 3 femmes qui nous encourageaient à partir. Je ris et leurs envoyais la main en suivant Gauthier qui m'emmenait hors du terrain destiné au Café. En chemin, un homme avec le nez en sang nous regardait l'air hargneux. Je clignais surpris des yeux ne comprenant pas ce regard emplie de haine à notre égard. Mon compagnon n'y prêta pas attention continuant sa marche vers un parking. Environ 2 minutes plus tard, nous arrivions vers le dis véhicule. Une très belle moto, je sourie en la voyant. Le chemin avait été plus long vue que je n'arrivais pas à marcher vraiment à bon rythme vue mon inaptitude à marcher sur des souliers à talons. Gauthier s'arrêtait en me disant qu'il trouvait ça dommage de cacher mon beau visage en posant le casque sur ma tête. Un sourire et un petit rire sorti de ma bouche. Il était plutôt comique comme garçon. Il était aussi plus intéressant et attirant en homme. Ça devait être mon côté Hétéro' qui ressortait. Il me demandait ensuite où je voulais aller en me surnommant princesse. Je souriais et m'empêchant de rire de gêne, baissais la tête les joues devenant rouges. Je n'avais jamais entendue de compliment sur mon aspect féminin jusqu'à aujourd'hui, ça me fesait tout drôle mais ce n'était pas désagréable. Je posais ma main sur mes yeux un instant avant de relever la tête. C'était vraiment étrange pour moi tout ça.

- Hum, je suis ici depuis peu mais, il y a un parc d'attraction non loin à ce que j'ai entendue parler. J'aimerais bien y aller, si ce n'est pas trop loin pour toi ?

Étrangement, je me sentais comme une petite fille qui demande à un garçon s'il veut devenir son ami. Sur le coup c'est gênant puis on rit. J'avais l'impression de tomber en enfance quoi! Gauthier me fit monté sur sa moto, vérifiant si mon casque était bien mit. Je lui tirais la langue en fesant un clin d'œil à ce dernier pour lui montrer que tout était ok. Il embarqua à son tour et démarra, il mit ensuite son casque. J'approchais mon casque du sien et dit comme gêner.

- Hum, ne vas pas trop vite… Je ne suis jamais monté sur une moto.

Je crus voir dans le rétroviseur qu'il souriait, mais je ne serais le dire avec exactitude. La moto commença à ce dirigé hors du parking pour ensuite s'engager sur la route. Je passais ensuite mes bras doucement autour de la taille de Gauthier pour ne pas tomber. Au début j'étais crispé, un peu craintive et bien vite, je trouvais cela assez amusant et me détendait. Gauthier semblait le comprendre car il accélérait. Je fis alors un énorme sourire et criait mon excitation.

- WOUUUUUUUUUHOUUUUUUUUU!

J'aimais beaucoup ce qui créait de l'adrénaline. Je trouvais que c'était une des seules façons de se sentir vivant. Les lumières commençaient à s'allumer sur les routes tandis que nous fendions l'air. Le vent un peu froid fouettait ma peau. Se qui me procurait un frisson et du coup je me re-contractais sur les côtes de Gauthier. Nous arrivâmes finalement au parc d'attraction et Gauthier se garait puis ensuite arrêtait sa moto. Je descendis en sautant, oubliant mes talons et riant en enlevant le casque qui protégeait mon visage. Je ris un instant avant de dire toute joyeuse mes réactions sur la petite balade.

- J'ADORE les motos c'est décider! On a carrément l'impression de fendre le vent en deux! Je me demande comment on fait pour vivre sans ça à Genova! Merci beaucoup Gauthier!

Je déposais alors mon casque sur le siège arrière et me posait devant l'homme. Mains croisées derrière le dos, petit sourire joyeux et me dandinant légèrement je lui demandais une petite faveur.

- Merci pour tout mais, pour me faire pardonné tu ne m'as pas répondue alors, veux-tu m'accompagnée au parc ?

Deux petites pommettes rouges étaient apparus sur mes joues après cette demande tournée pour ne pas que je sois trop gêner. Je me mordillais la lèvre inférieure en attendant d'entendre la réponse de celui-ci. Évidemment, je n'excluais pas l'idée qu'il me dise non, il avait peut-être des plans, pas le goût ou simplement qu'il ne me connaissait pas assez. Mais une réponse positive restait me restait bien en tête. On entendait derrière nous la musique bien typique des parcs d'amusements, l'odeur des divers kiosques de nourritures, des jeux où on pouvait gagné des prix nous laissait entendre des " allez je ré-essais! " et les lumières des manèges qui clignotait. J'aimais bien les endroits style fête foraine. Je plongeais ensuite mon regard dans celui de Gauthier. Ce soir, j'étais une femme, je lui en étais reconnaissante. Ce soir, j'étais une belle femme, accompagné d'un bel homme. C'était un rêve ! Car être habillé tel une princesse, accompagné d'un beau jeune homme, bien habillé et charmant, c'était digne des films de filles! Je ne pus m'empêcher de penser à la phrase typique qui me fesait bien rire. Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants.

• • • • • • • • •

Est-ce que je me travesti quand je suis habillé en homme parce que je suis une fille ou est-ce que je me travesti quand je m'habille en fille car j'ai l'air d'un homme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Hearing

► Messages : 33
► Etudes/Emploi : Maid
► Personnage sur l'avatar : C'est une très bonne question.

MessageSujet: Re: Ça ne devrait pas être le contraire ?   Dim 15 Avr - 12:06

Avant de monter sur la moto, il prit le soin de vérifier si tout était ok du côté d'Alexy. Ses habits la dérangeaient un peu mais pas plus que ça, par chance, la robe n'était pas trop courte. Elle put donc s'asseoir sans problèmes à l'arrière, lui laissant ainsi champ libre pour inspecter l'accroche de son casque. Quand il glissa ses mains en dessous de son menton, pour peloter l'attache une dernière fois par peur de ne pas l'avoir bien clipsé, elle lui tira la langue. Sur le coup, lui même n'eut pas comprit pourquoi mais il beuga. Il la regarda longuement, jusqu'à ce qu'elle daigne montrer un nouveau signe de vie : Un sourire. Lui rendant, il s'installa à son tour sur la bécane et démarra en douceur son moteur, donnant à Alexy, l'ordre de se tenir à lui. Il avait bien remarqué qu'elle n'était pas très tactile mais là, surtout avec lui comme conducteur, elle devait se faire violence et le devenir. Timidement, elle plaça alors ses mains autour de sa taille, appuyant ensuite le côté de son visage contre son dos.

- Hum, ne vas pas trop vite… Je ne suis jamais monté sur une moto.

- Jamais ? répéta-t-il, presque moqueur, et bien je suis heureux de faire ton baptême.

Shootant dans le pied qui permettait à la moto de ne pas se casser la gueule, Gauthier se dégagea lentement de sa place de parking, sans pousser sur l’accélérateur. Il ne voulait pas la brusquer en lui faisant peur, d'une part parce qu'ils ne se connaissaient pas assez. Il était certain que si ils auraient été amis, juste de moyenne date, il n'aurait pas ménagé son pauvre petit coeur pour préconiser l'adrénaline mais ce n'était pas le cas. Il devait retenir ses envies pour que sa passagère se sente déjà plus à son aise.
Lentement mais surement, elle desserra l’étreinte qu'elle avait sur lui, lui signalant sans même le savoir qu'elle était prête pour que la vitesse monte d'un cran. Ni une ni deux, il fit alors ronronner le moteur comme un animal bien câliné avant de cheminer jusqu'au parc d'attraction à toute vitesse. Tous leurs sens étaient en éveil. Ils voyaient, entendaient, touchaient plein de choses qu'on ne peut ni voir ni entendre ni sentir dans la vie de tous les jours. Les lumières les éblouissaient, les conducteurs les klaxonnaient, le vent frappait leur peau à travers les couches de vêtements. De l'adrénaline à l'état pure, ou presque, car notre personnage ne souhaitait pas y aller à fond. Quand il s'agit de lui, rien n'a d'égal importance que ses sensations mais là, il y avait quelqu'un avec lui, quelqu'un qu'il ne voulait pas mettre bêtement en danger. C'est pour cela qui lui permit seulement d'atteindre un certain seuil de jouissance, gardant le reste pour une - qui sait - prochaine fois, sur une route plus dégagée de risques.

Le tour en moto sembla plaire à Alexy. Elle avait poussé des cris de joies durant, et à l'arrivée, raconta comment elle avait, avec bonheur, vécu le moment. C'est bon, elle était devenue une grande fan, une adepte des deux roues. Riant sans pouvoir s'arrêter, elle le remercia avec sincérité, montrant à chaque fin de phrase la totalité de ses belles dents blanches. Il était content de l'avoir rendu contente. C'était un peu son but, depuis le départ. Depuis leur rencontre, en fait. Elle était si morne, n'acceptait pas son corps et voilà qu'elle l'adorait, pour lui avoir accordé de tels sensations. Des frissons la parcouraient encore, et c'est rapidement qu'il le remarqua. Intérieurement ça le fit sourire mais il ne préféra pas lui faire constater, parce qu'il voyait bien qu'elle n'avait pas fini de s'exprimer.

Se mettant à rougir, elle lui demanda maladroitement si il pouvait être en quelque sorte son cavalier, qu'il l'accompagne et fasse des manèges en sa compagnie. Elle sous-entendait que c'était pour se faire pardonner de la claque de tout à l'heure. Souriant en la voyant si peu sure d'elle, il accepta son envie, et retira alors son casque avant de prendre les clefs de sur sa moto pour les enfouir dans sa poche avant.
Porter un tel équipement n'était définitivement pas pratique pour ce genre d'endroit, style fête forraine justement. C'est pour ça qu'il prit la décision de demander à un gardien, à l'accueil, de les garder soigneusement. Il n'avait pas peur que l'on lui vole car ici, en Ecosse, le comportement des gens est dans le bon sens du terme, différent de celui qu'ont la majorité des français. Une fois débarrassés de ce qui les empêchaient de s'amuser tranquillement, ils firent la queue pour payer leurs entrées. Gentleman jusqu'au bout, il n'attendit pas d'avoir l'accord de sa jolie coéquipière pour sortir de son porte-monnaie, assez pour régler les deux tickets.

- Alors, alors, que va choisir la princesse pour commencer ? lança-t-il à voix haute, zieutant la dite princesse du coin de l'oeil avant de s'avancer dans les allées où des rires et des cris éclataient de toutes parts.

Personnellement, il n'avait pas de préférence. La queue de mickey ou la grande roue, pour lui, c'était la même. Si il la laissait choisir, c'était tout d'abord pour être galant mais aussi pour la connaitre un peu mieux. Une décision, aussi minime et anodine soit-elle, en dit beaucoup sur la personnalité de celui qui la prend. Choisissant de préluder directement par la fameuse boule, un manège orignal des parcs d'attractions, ils firent donc de nouveau la queue, patientant calmement au sein de celle-ci. Par chance, peu de monde eut le courage de la faire en ce début de soirée, et ils y montèrent rapidement.

Quand ils furent bien collés au siege, les mains serrant les barres métalliques leur servant de ceinture, leurs regards se portèrent sur les deux derniers passagers de la machine. Ils vomissaient non loin de là un dégulis verdâtre. Taquin, il adressa alors à sa partenaire, sans quitter des yeux les deux malades :

- J'espère que tu as eu le temps de bien digérer ta glace.

Un, deux, puis trois secondes s'écoulèrent avant que la boule ne se lance dans les airs. Plantant presque leurs ongles sur les matières, ils poussèrent des cris, les cheveux devant le visage et riant de travers. Une vraie partie de plaisir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Touch

► Messages : 55
► Etudes/Emploi : Choriste
► Personnage sur l'avatar : unique de Zerochan!

MessageSujet: Re: Ça ne devrait pas être le contraire ?   Dim 15 Avr - 16:30

Alors que je bravais ma gêne pour demande si Gauthier voulait m'acompagner, il me sourie comme s'il riait de moi. C'était facile pour lui, la belle gueule, la classe, l'argent et la confiance en lui. Il avait tout ça, moi j'étais pas aussi aisé! Rendue pour payé les billets, il me devançait. Je fesais un air montrant que j'étais pas d'accord. Il ne me laissait pas de temps de critiqué qu'il me demandait par quoi on commençait. Il préciçais le Princesse en me regardant avec ce regard, qui te met quelqu'un gêner! Je bulbutiais mal à droitement mon mécontentement.

- Mais... Si tu payes... c'est pas juste je peux pas me racheté!

Mais voyant son regard, je compris que je devais me faire à l'idée, je soupirais alors pour choisir où nous allions allez. Je regardais un instant se que donnais chaques manèges et trouvait le Mickey trop lent, peut-être vers la fin, pour nous calmer. Voyant que la grande roue semblait tournée plus vite que la moyenne, je fis un petit sourire Je me retournais vers Gauthier qui lui me regardais déjà.

- Bah la grande roue à l'air bien...

Puis nous partîmes vers la grande roue, c'était bien pour un début sans être trop. J'avais trouver drôle la sensation de mes cheveux qui levaient légèrement quand la roue allait plus vite. Je crois que je n'avais jamais resentie cette impression. Puis, nous finimes par decsendre et nous vîmes que la "boule" était libre et ça m'avait l'air intéressant. Quand il me la proposait, je fis un grand sourire en hochant vivement la tête pour montré mon accord à faire ce manège. C'était le plus intéressant du manège à se qu'on avait vue. Nous fîmes la queue très peu de temps, la plus pars de désistait rendue au moment d'entré dans la boule. Je me demandais pourquoi les gens fesait toujours ça. Il faut prendre des risques dans la vie.

Arriver finalement à notre tour, on fut assit et on nous dis d'en aucun cas, tenté de lever la barre de métal autour de notre taille. Je trouvis stupide qu'on doivent le précisé, qui ferait une connerie pareil... Mais mes pensées furent perturbés par un bruit de vomisement venant de l'arrière, les 2 précédents passagers nous fesait part de leur 3 derniers repas pris aujourd'hui. Je fis un rictus face à cette image très peu apétisante. Puis Gauthier fit de l'humour à propos de ma glace. Je tournais ma tête vers lui et dit amuser.

- On va espéré que tu n'y ai pas droit!

Une demi seconde plus tard, la boule se lançait dans les airs. Je plaquais mes mains sur le siège, collant du coup sur la main de Gauthier et les dents serrer criait comme pas permis. Mais plus un cris d'amusement que d'epeurement, j'adorais ça! Je serrais les cuisses pour ne pas que ma robe volle. Rendue en haut, la boule s'arrêtait quelques instants, le temps que je tournes ma tête vers Gauthier qui fit pareil et dit en fesant un sourire amuser et élevant les sourcils.

- On redecsend!

La chute fut instantannée et le cris aussi! Nos cheveux se propulsèrent dans les airs et me levaient les yeux au ciel sentant mon coeur s'énerver. Sans m'en rendre compte, j'avais serrer la main de Gauthier en re-decsendant. Quand la boule s'imibilisa pour la dernière fois, je levais les mains , sourire aux lèvres et dit en soufflant.

- Je crois que c'est bon... La glace semble vouloir resté au fond!

On nous fit decsendre de la boule et partir un peu plus loin. Je dois dire que marché droit ne fut pas une chose aisé. Je manquais à plusieurs reprises de tomber, mais chaques fois, je fus retenue. La tête me tournant un peu, je rigolais et demandais à Gauthier si on pouvait s'assoir. On alla à un banc et j'expirais en fermant les yeux et me tenant un instant la tête qui tournait toujour. J'ouvrais ensuite un oeil pour voir si Gauthier était bien. Il avait lui aussi les yeux fermés. Il était pas aussi bien qu'il le laissait paraitre ? D'un sourire moqueur et d'une voix ironique je lachais.

- Alors, mon prince a-t-il mal au coeur ?

Toujours mon petit sourire aux lèvres, je refermais les yeux et penchais la tête vers l'arrière et d'une voix plus neutre mais intéresser lui posait quelques questions.

- Tu n'es clairement pas d'ici, tu viens d'Europe aussi non ?

Entre Européen, on se reconnait. Je dû r'ouvrir les yeux car un garçon dans un stand nous interpellait. Enfin, il interpellait plus Gauthier.

- Hey mec! Sa dit de pouvoir offrir ce gros nounours rose à ta copine ? Ta qu'à tiré 3 canards avec 3 balles! Aller! J'suis sur que la miss en veut un!

Je ris tout bas en regardant le petit vendeur qui tentais hamsonné Gauthier. Puis, il semblait lancer son dernier attout pour accrocher Gauthier qui était plutôt indiférent jusqu'à présent.

- Ah moins que tu sois même pas capable de tiré des canards...

Je ris clairement en voyant la ruse du " pas capable " qui affectait tant l'orgeuil des hommes. Je me retournais vers Gauthier et me penchait à son oreille pour lui chuchoté juste pour faire chié le petit vendeur.

- Tes pas obliger tu sais! Mord pas à son petit jeux, tu vas te faire arnaqué!

Le petit vendeur continuait avec des " bas alors ta peur " ou des " trop fauché pour une peluche ? ". Il était décidément bien accrocher, cela me méritait un frottement de sourcil en regardant mes souliers. Je regardais du coin de l'oeil Gauthier pour voir s'il préfèrait partir.

• • • • • • • • •

Est-ce que je me travesti quand je suis habillé en homme parce que je suis une fille ou est-ce que je me travesti quand je m'habille en fille car j'ai l'air d'un homme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ça ne devrait pas être le contraire ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ça ne devrait pas être le contraire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♕ Pension Ziegler-Johnson :: ABERDEEN & MORE :: Aberdeen : the city.-